L’écoconstruction est dans l’air du temps et il n’y a rien d’étonnant à ce phénomène. Elle permet de concevoir des bâtiments respectueux de l’environnement et de l’écologie tout en réalisant de substantielles économies d’énergie. Mais quelles sont les règles incontournables de l’architecture durable ?

Construire des bâtiments plus petits

La première grande règle de l’architecture écologique repose sur la conception de bâtiments plus petits et plus compacts. Ainsi, on évite les déperditions de chaleur et on réduit l’impact sur l’environnement de plusieurs manières. En réduisant la taille des logements, on utilise moins de matériaux pour la construction et également moins d’énergie pour les chauffer et les climatiser. Bien évidemment, cela implique d’adhérer à une nouvelle philosophie, en totale contradiction avec les principes communément suivis lors des dernières décennies : on construit ce qui est nécessaire, en éliminant ce qui désormais considéré comme superflu. Cela peut signifier, par exemple, faire l’impasse sur une seconde salle de bain.

Optimiser les performances

Dans la conception des écoconstructions, les architectes tiennent compte des conditions climatiques pour en tirer le meilleur profit :

  • ils implantent et orientent les bâtiments de manière à profiter de la position basse du soleil l’hiver et protéger la construction des rayons hauts l’été.
  • ils privilégient les façades fermées au nord, où ils disposent les pièces techniques et placent les ouvertures au sud, où seront les pièces de vie.  Ils aménagent ainsi l’intérieur du bâtiment en fonction du confort thermique optimal.
  • ils prennent en compte les vents dominants afin d’optimiser la conception du système de ventilation naturelle et de placer les terrasses dans des zones faiblement ventées
  • afin de réduire les besoins en éclairage, les architectes favorisent les apports de lumière naturelle
  • ils optent pour des équipements qui produisent de l’énergie propre tels que des puits canadiens ou des panneaux solaires thermiques ou photovoltaïques

Concevoir une construction sur-mesure

L’architecte équipe la maison écologique des équipements les plus utiles en fonctions de sa situation géographique et des conditions auxquelles elle est soumise, par exemple :

  • un système de gestion de la chaleur et du froid
  • une isolation renforcée
  • un type de fenêtre et d’inclinaison permettant de profiter de la luminosité et de la chaleur du soleil
  • un éclairage approprié
  • des panneaux solaires

Il n’intègre pas d’équipement superflu et utilise, lorsque c’est possible, des matériaux recyclés.

Privilégier des emplacements proches de transports en commun

Construire une écoconstruction loin de tout n’a pas de sens si à côté des efforts consentis pour réduire son impact sur l’environnement avec une maison propre, on est obligé de parcourir des dizaines de kilomètres en voiture chaque jour. L’idée de l’architecture durable est de bâtir des logements qui ne soient pas trop isolés des infrastructures existantes afin de privilégier l’usage des transports en commun.

Recycler les déchets pour produire de l’énergie

Un des autres grands principes des écoconstructions est de récupérer l’énergie perdue lors de l’évacuation des eaux usées et des déchets afin de la recycler. Il existe notamment des systèmes permettant d’utiliser cette énergie pour chauffer l’air ou l’eau, tels que des pompes à chaleur ou encore des méthodes de compostage, de tri ou de méthanisation qui recyclent les déchets organiques en fertilisants ou gaz naturels.

La philosophie de l’architecture écologique se concrétise au travers de différentes règles destinées à réduire l’impact négatif du bâtiment sur son environnement tout en prenant soin du confort de ses occupants. Des méthodes qui conduisent à payer plus cher la construction de sa maison mais qui offrent un investissement rentable sur le long terme.